• christineisabelles

Norbert Chabrol : entre passion de l’image et entreprise

Le projet de Norbert Chabrol concerne la photo et la création de formations sur mesure pour photographes amateurs de tous niveaux. Un hobby qui est en train de devenir un projet d’entreprise.


L’idée de Norbert, 66 ans et participant de la 3eme cession de What’s up Camille ? (WUC), est de mettre en place une plateforme offrant un service sur-mesure aux amateurs de photographies par des photographes professionnels engagés.

Cette idée part d’un constat : l’offre de formation actuelle pour les photographes amateurs est assez conséquente mais complètement standardisée.

Les cours se déroulent pour la plupart le week-end avec des groupes de niveaux quelque fois très différents, utilisant des types de matériel tout aussi différents.


Faire appel à L’I.A. pour un service sur-mesure


Norbert Chabrol veut donc mettre en place une plateforme, qui grâce à un questionnaire simple et naturel, qualifiera la demande du photographe amateur. Le logiciel, s’appuyant sur un module d’intelligence artificielle, orientera automatiquement la demande vers des professionnels, sélectionnés pour leurs compétences et leur disponibilité.


L’offre devrait comporter deux formules : des groupes techniquement homogènes et des stages d’exception « J’ai eu une fois, l’occasion de rencontrer le photographe Eric Bouvet. Il a exercé son métier partout dans le monde. Ça a été extraordinaire. Je me suis dit qu’il faudrait aussi pouvoir faire profiter de telles expériences des photographes amateurs.»


Un besoin d’accompagnement pour acquérir de nouvelles compétences techniques


Norbert a mené une belle carrière dans la finance. Il occupait le poste de directeur financier dans une entreprise internationale du transport aérien comptant 6 000 personnes et qui réalisait 350 millions de CA.

Autant dire qu’il n’a aucun problème avec les business plan, l’administration et la gestion d’une trésorerie. « Mais je ressentais le besoin d’être accompagné pour les notions techniques, marketing et commerciales », précise-t-il.


Il a donc recherché un incubateur correspondant à ses besoins « Trop souvent, les accompagnements de start-up sont réservés en priorité aux jeunes. La plupart des incubateurs s’adressent à des créateurs qui ont déjà une bonne maîtrise des réseaux sociaux et du digital. Ce qui n’était pas mon cas. J’ai d’ailleurs découvert Google business récemment ». WUC est le seul qui me laissait le temps d’apprentissage nécessaire ».


lAujourd’hui, Norbert est en pleine étude de faisabilité et de ciblage. Pour mieux connaître ses prospects et son marché, il a d’ailleurs lancé un sondage sur LinkedIn.


4 vues0 commentaire