"Redécouvrir" ses forces professionnelles

Dernière mise à jour : août 17

Portrait d'entrepreneure : Carole Grillot



Pour Carole Grillot, chaque personne dispose de ressources et de compétences professionnelles pas toujours identifiées. Dans sa nouvelle structure « My Job Story», elle propose une nouvelle méthode pour "redécouvrir" toutes ses potentialités.


« Aujourd’hui, ce qui m’intéresse c’est la reconnaissance de la potentialité d’une personne » explique Carole Grillot, participante de la deuxième promotion de What’s Up Camille ? (WUC).

Sa conviction est que le système ne valorise qu’une partie des compétences des collaborateurs. En pleine mutation, le monde professionnel a pourtant besoin d’accueillir toutes les formes d’intelligences.


Une nouvelle méthode pour se reconnaître et s’affirmer


Carole a donc construit sa propre méthode, qui favorise « la reconnaissance de chacun par chacun », s’appuyant sur des techniques inspirées du team building et du coaching. La méthode s’appuie aussi largement sur une approche systémique (*) « Chaque personne doit aller chercher le plus grand nombre d’expériences et de compétences, se réapproprier son parcours, et le construire pour pouvoir le transmettre ».


La société My Job Story propose deux types de programmes.


D’abord, des sessions pour des démarches individuelles. Les groupes sont volontairement limités, intergénérationnels, interentreprises. Les participants sont issus de secteurs très différents pour sortir du cadre rigide de l’entreprise. Une journée réunissait, par exemple, un cadre supérieur d’une grande banque, une dresseuse de chiens, un journaliste, un boulanger, un responsable formation et un promoteur immobilier. « Les échanges sont devenus magiques, les récits de chacun permettant des découvertes et des connexions bienveillantes ». De premières initiatives vont démarrer avec la Nexmove, un acteur leader du conseil en stratégie de carrière des dirigeants et de leurs équipes. Cette fois ce sont les collaborateurs de plusieurs services qui sont réunis pour échanger.


La méthode peut aussi bénéficier aux collaborateurs d’une même entreprise. « Nous nous adressons à des entreprises curieuses. Celles qui s’intéressent à leurs collaborateurs, à ce qu’ils ont fait avant d’arriver, à ce qu’ils font dans l’entreprise et à ce qu’ils pourraient faire », précise Carole Grillot.

Aujourd’hui, toutes sociétés cherchent à mettre en place une communication plus transversale pour être plus agile. L’organisation d’échanges met à jour des possibilités de collaborations et décloisonnent les services. Les bénéfices sont importants, car les collaborateurs pensent assez vite collectif et leur collaboration rend l’entreprise plus « adaptable ».


Quand le regard des autres aide à prendre conscience de ses compétences


Au cours de ces rencontres, chaque membre du groupe se raconte et collabore avec les autres participants pour réaliser son récit professionnel. « Il y a un effet miroir dans le regard des autres. Le fait de se raconter permet aussi de s’accepter, parce que ce que l’on raconte est aussi acceptable par l’autre ». « Un travail d’introspection, sans trop de psycho », précise Carole. Il s’agit d’aller chercher des compétences au service de sa vie professionnelle, de travailler sur le récit de son parcours sous l’angle métier. « Chaque personne arrive dans l’entreprise avec de nombreux savoirs et capacités. Il faut qu’elle en prenne conscience. Elle peut alors les mettre à disposition de son employeur ».

Il faut dépasser la mission indiquée sur la feuille de paie et avoir une approche plus holistique de sa carrière, en tenant compte des événements importants de son parcours. «L’objectif est de sortir avec un récit compris de tous, et de faire un premier pas sur un – autrement-», explique Carole.


Un parcours et une expérience au service d’un nouveau projet


Aujourd’hui, la collaboration avec What’s up Camille ? a pour but de travailler sur le positionnement, la forme juridique, le benchmark de la concurrence. L’accompagnement aide aussi à construire le bon discours vers les RH ou les responsables RSE, qui sont les interlocuteurs privilégiés de la nouvelle structure. « WUC m’a permis de concrétiser mon idée, en me fournissant les petites briques pour rendre le projet viable. Mais, le plus important, l’incubateur m’a donné l’autorisation de me lancer après 50 ans.» insiste Carole. « What ‘s Up Camille ? est un formidable booster ! »


Une nouvelle aventure


La réflexion au sein de l’incubateur permet aussi de réaliser la distanciation avec Like Ton Job, une association créée voici 4 ans. Like Ton Job organise des rencontres entre les collégiens de quartiers défavorisés et les professionnels, qui disposent d’un parcours et d’un savoir-faire riche. Le but est de donner envie aux jeunes de s’investir, « d’oser rêver et de croire en leur avenir, pour réussir dans un métier qui leur plaît ». L’association compte de nombreux bénévoles venus de tous les horizons et appelés « Passeurs de passion ». Cette année, l’association a ainsi organisé 220 interventions et a accompagné 750 enfants. C’est 1700 collégiens au total, qui ont rencontré près de 500 « passeurs de passion ».


Ce travail associatif est tourné vers le développement des compétences et surtout le développement de la confiance en soi.

Pour Carole, la -confiance- est un sujet, qui lui tient à cœur à cause de son histoire personnelle. Elle avait envie d’être pédiatre, mais son père avait répondu « Je ne crois pas que tu vas y arriver ». Il avait ouvert la brèche au manque de confiance et amené la jeune fille à ne pas s’accepter. Carole est devenue orthoptiste, s’est formée à la systémie et a fait un BTS commercial. Elle a passé 23 ans dans des grandes entreprises de communication ou de grands médias comme EuroRSCG, Le Monde, l’Etudiant. Puis, pendant 9 ans, elle a été directrice déléguée dans une association qui travaillait dans les collèges de quartiers défavorisés.


Après ces succès professionnels et avec l’expérience acquise durant des années, elle a décidé de donner de l’espoir et de la confiance à ses interlocuteurs, jeunes et moins jeunes, et leur dire « Vous êtes capables de réussir ».


(*) Quelques pratiques et lectures de référence pour Carole Grillot sur l’approche systémique :

- les thérapies narratives de Michael White

- Logothérapie de Viktor E. Frankl

- La logique de l’acouphène de Nicolas Mathieu et Arnaud Bornens

77 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout