top of page

Syndrome de l’imposteur : Pourquoi c’est normal ?  

Vous avez sans doute déjà fait l’expérience de ces pensées parasites. Vous avez un projet excitant, une ambition débordante, mais des croyances négatives viennent vous freiner dans votre élan. Alors vous faites sûrement partie de ces 70 % de personnes qui en ont souffert, parfois même sans s’en rendre compte. Pire encore, si vous êtes créateur.ice d’entreprise, la probabilité augmente considérablement. Son nom le plus connu est le syndrome de l’imposteur, mais vous pouvez aussi l’appeler complexe d’imposture ou syndrome de l’autodidacte. C’est d’ailleurs souvent l’un des facteurs qui poussent les freelances à arrêter leur activité dès les premiers échecs. Alors, comment se manifeste-t-il ? Est-il vraiment un frein lorsque l’on souhaite se mettre à son compte ?


Syndrome de l’imposteur : Définition


Contrairement à son nom qui pourrait laisser croire à une maladie rare, ce n’est ni un virus ni une pathologie.


Qu’est-ce que c’est ?


Il s’agit en fait d’un état mental lié à un manque d’estime de soi. Le syndrome de l’imposteur trouve son origine dans le sondage effectué par Pauline Rose Clance et Suzanne A. imes, professeures de psychologie aux États-Unis dans les années 70. Lorsqu’elles interrogent 150 femmes sur leurs parcours académiques brillants, la surprise est de taille : aucune ne considère qu’elle a réussi. Toutes expliquent que les facteurs externes tels que la chance ou le hasard ont permis leur succès. Pourtant des personnes du même niveau affirmeront avoir beaucoup travaillé et donc avoir acquis de multiples connaissances. Ce terme est entré dans le langage courant puisqu’il est toujours présent à divers degrés au sein de la population. Domaine professionnel ou vie privée, ceux qui en souffrent ne savent pas reconnaitre leurs réussites et doutent constamment de leurs capacités. Ces personnes auront tendance à imaginer que les gens les perçoivent comme plus intelligentes ou plus compétentes qu’elles ne le sont réellement.


Les principaux signes :

⏭️Vous vous sentez nul.le et vous pensez que les autres auraient pu faire votre travail facilement. En bref, vous vous trouvez illégitime. C’est souvent lié à un manque d’estime de soi et il est compliqué de se vendre lorsque l’on ne croit pas en sa valeur.


⏭️Vous procrastinez, car vous ne vous sentez pas prêt.e. Vous vous formez énormément, ce qui peut être une bonne chose si vous agissez ensuite.


⏭️Vous n’acceptez pas les opportunités qui s’offrent à vous de peur que l’on découvre votre incompétence.

Un sentiment plus présent chez les entrepreneurs


Vous vous êtes reconnu.e.s dans les dernières lignes ? La mauvaise nouvelle c’est que vous avez le syndrome de l’imposteur ! La bonne c’est que c’est tout à fait normal surtout si vous êtes créateur.ice d’entreprise ! Les causes profondes peuvent être multiples telles que : une faible estime de soi, un environnement très compétitif ou d’importants standards de réussites. Cela entraîne fréquemment une attitude perfectionniste et une grande peur de l’échec. Mais ce qui amplifie le phénomène c’est bien sûr l’inconnu généré par l’entrepreneuriat. On sort de sa zone de confort et on se pose pléthore de questions. « Est-ce que j’ai fait le bon choix ? », « est-ce que je ne fais pas n’importe quoi ? ».


Les meilleurs en souffrent


Si cela vous angoisse, sachez que ce sont souvent les entrepreneurs les plus expérimentés ou ceux qui vivent les plus beaux succès qui en souffrent le plus. Ils ont mis beaucoup d’enjeux dans leur réussite et redoublent d’efforts pour combler leur soi-disant manque de compétence. Vous trouvez ça génial ? Pas tout à fait, l’anxiété extrême et le dénigrement constant peuvent provoquer la dépression suivie d’un burn-out.


La prise de conscience : un grand pas


Se remettre en question est pourtant une des qualités premières d’un.e chef.fe d’entreprise. Afin de passer outre vos doutes permanents, réaliser que l’on se sous-estime est déjà un grand pas. On prend alors conscience de son discours intérieur négatif et on essaye de s'évaluer avec plus de compassion. Afin d’avoir une approche plus saine envers votre travail, jugez-vous comme vous jugeriez celui d’un ami. Soyez plus conciliant.e avec vous-même afin de ne pas tomber dans une rigueur extrême. N’hésitez pas à montrer cette vulnérabilité à vos proches. Mettre des mots sur des maux est bénéfique et engendre souvent des déclics.


Un impact positif sur le business


Et si passer à l’action était la solution ? Et si c’était justement ce syndrome qui permettait d’aller au-delà de sa zone de confort ?

On entend partout qu’il faut vaincre le syndrome de l’imposteur. En vérité ce n’est pas si facile et le considérer pour l’utiliser à bon escient peut être une véritable alternative.


Ne pas rester seul


Parfois s’entourer permet d’y voir plus clair. Côtoyez d’autres entrepreneurs et inspirez-vous d’eux. Certains n’auront pas fait le quart de vos réalisations quand d’autres vous motiveront à atteindre leur niveau. Vous allez découvrir que vous n’êtes pas seul.e à avoir des doutes et que certains en ont même plus que vous. Non seulement vous vous sentirez plus en confiance, mais en plus vous vous constituez un réseau naturellement. Plus vous vous entourez de gens qui vous ressemblent, plus vous allez construire un sentiment d’appartenance fort qui vous fera avancer. De même si vous avez tendance à procrastiner, partager vos idées de projets vous aidera à passer à l’action.


⏭️À lire aussi pour bien commencer son activité indépendante : les 7 erreurs à éviter dans l’entrepreneuriat


Le doute est positif


Douter sainement et se poser des questions permet souvent d’évoluer. Apprendre des plus expérimentés, relever de nouveaux challenges, l’entrepreneuriat est une remise en question permanente. Le secret est de trouver un juste milieu entre confiance et compétence. Admettre ses qualités et ses forces tout en restant humble et s’enrichir des savoir-faire nécessaires à son objectif est le plus important. C’est cette mentalité de croissance qui va permettre de s’ouvrir à différentes opportunités, mais aussi de reconnaitre votre potentiel. Se remettre en cause est humain, mais plutôt que de nous freiner, cela peut devenir un facteur de réussite. Finalement toutes ces incertitudes peuvent vous faire sortir de votre zone de confort.


⏭️Souvenez-vous d’une chose : si vous ressentez ces peurs et des appréhensions, alors c’est que vous avez à cœur de bien réaliser vos missions ! C’est un très bon départ et il ne vous reste qu’à trouver le juste dosage de toutes vos émotions pour en faire la part des choses. Passez à l’action, osez, vous pourriez être surpris.e de ce que vous pouvez accomplir…


Et si vous souhaitez être plus serein dans votre aventure entrepreneuriale, pourquoi ne pas aller lire et écouter les 10 podcasts/livres pour être heureux ?




Σχόλια


bottom of page